Le lecteur Adobe Flash et Javascript sont nécessaires

e-CASES: Syndrome de Wolf Parkinson White

Dr Guillaume Cayla

Anamnèse

Un jeune homme de 22 ans, pompier de profession vient réaliser un ECG à titre systématique pour une assurance. Ce patient n’a aucun antécédent cardiovasculaire.

Résultats

Fréquence

80/min

 

Rythme

Sinusal

 

Axe

Positif D1 et négatif en AVF (mais préexcitation)

 

Conduction
  • PR : court 100 ms
  • QRS : 120 ms avec aspect de préecxitation
  • QT : 300 ms

 

Hypertrophie
  • A : pas de signe d’hypertrophie
  • V : pas de signe d’hypertrophie

 

Ischémie Onde T négative en D2, D3, AVF  et V1 isolées

Au total : syndrome de Wolf Parkinson White 


Diagnostic

Syndrome de Wolf Parkinson White


Discussion

Le syndrome de Wolf Parkinson White (WPW) reste une anomalie congénitale assez rare qui survient dans 1 cas sur 450  patients. Elle est liée à la persistance d’une voie de conduction supplémentaire reliant directement le tissu auriculaire et ventriculaire. L’affection est le plus souvent asymptomatique et découverte sur un ECG de surface. L’aspect caractéristique est un espace PR court (< 0, 12 s) et une préexcitation des ventricules onde delta. Elles peuvent se manifester par des tachycardies qui peuvent être de plusieurs types. Les tachycardies qui  empruntent la voie accessoire dans le sens antérograde selon une cadence dépendant de la perméabilité la voie accessoire (exemple le plus fréquent étant la fibrillation atriale) ou bien des tachycardies empruntant la voie accessoire dans le sens rétrograde.

 

Le principal risque à redouter chez les patients porteur d’un WPW est le passage en FA rapide avec transformation en FV. En effet si le faisceau accessoire est très perméable, il pourra ainsi transmettre l’activité auriculaire directement aux ventricules avec risque de FV et de mort subite. 



Loading comments ...

Loading comments ...