Brain perfusion MRI

Exploration de la perfusion cérébrale par IRM

par Denis Hoa

Objectifs pédagogiques

 

 

  • Décrire les paramètres microcirculatoires mesurés en IRM de perfusion cérébrale
  • Expliquer les principes de l’IRM de perfusion de premier passage :
    • rôle du produit de contraste
    • séquences d’imagerie adaptées
    • optimisation de la qualité de l’acquisition
  • Développer les méthodes d’IRM de perfusion par marquage de spins, leurs avantages et inconvénients
  • Citer les principales applications cliniques de l’IRM de perfusion cérébrale

Points clés

  • L’IRM de perfusion permet de mesurer, de façon relative et/ou absolue, les paramètres de la microvascularisation cérébrale : volume sanguin régional, temps de transit moyen, débit sanguin régional.
  • Elle fait appel à un traceur exogène (produit de contraste : Gadolinium) ou endogène (marquage de spins)
  • En technique de premier passage, c’est l’effet de susceptibilité magnétique des chélates de Gadolinium qui est exploité, soit en pondération T2 soit en pondération T2*, à l’aide de séquences d’Echo de spin – écho planar ou d’écho de gradient – écho planar. La qualité de l’injection et la chronologie de l’acquisition sont primordiales pour obtenir un bon examen. La chute du signal lors du premier passage du produit de contraste permet, après post-traitement, d’extraire les paramètres de la perfusion.
  • En technique par marquage de spins, c’est le sang saturé juste en amont de la coupe d’intérêt qui sert de traceur. Cette saturation provoque une variation du signal recueilli par rapport à une acquisition sans saturation préalable. L’étude comparative de ces deux signaux permet d’en déduire une estimation des paramètres hémodynamiques locaux. Différentes techniques de marquage sont possibles et l’imagerie est réalisée en séquence écho planar. Elle se limite à l’exploration d’une région restreinte de l’encéphale et n’offre qu’un faible rapport signal / bruit.
  • Les principales applications de l’IRM de perfusion de premier passage sont les pathologies vasculaires (AVC ischémique, vasospasme) et tumorales. Les progrès des séquences et les très hauts champs devraient permettre d’améliorer la technique par marquage de spins.

Références

  1. Barbier, Lamalle. Methodology of brain perfusion imaging. J Magn Reson Imaging. 2001 Apr;13(4):496-520.
  2. Detre and Alsop. Perfusion magnetic resonance imaging with continuous arterial spin labeling: methods and clinical applications in the central nervous system. European journal of radiology. 1999 May;30(2):115-24.
  3. Luypaert, Boujraf. Diffusion and perfusion MRI: basic physics. European journal of radiology. 2001 Apr;38(1):19-27.
  4. Ostergaard. Principles of cerebral perfusion imaging by bolus tracking. J Magn Reson Imaging. 2005 Dec;22(6):710-7.
  5. Wu, Ostergaard. Technical aspects of perfusion-weighted imaging. Neuroimaging clinics of North America. 2005 Aug;15(3):623-37, xi.
  6. Buxton. Quantifying CBF with arterial spin labeling. J Magn Reson Imaging. 2005 Dec;22(6):723-6.
  7. Wong. Quantifying CBF with pulsed ASL: technical and pulse sequence factors. J Magn Reson Imaging. 2005 Dec;22(6):727-31.
  8. Duyn, van Gelderen. Technological advances in MRI measurement of brain perfusion. J Magn Reson Imaging. 2005 Dec;22(6):751-3.
  9. Grand, Lefournier. [MR and CT perfusion imaging of the brain: principles and clinical applications.]. Journal de radiologie. 2007 Mar;88(3 Pt 2):444-71.