Dans les séquences d’écho de gradient en état d'équilibre (steady-state), l’aimantation transversale résiduelle est conservée. Elle va participer au signal et au contraste, de façon variable en fonction du type de séquence.
Le maintien de l’aimantation transversale résiduelle, soumise aux bascules des impulsions d’excitation, est à l’origine de nouveaux échos (échos de Hahn, échos stimulés) en plus de l’écho de gradient dépendant du signal de précession libre (FID).
Au sein de la famille des séquences d’écho de gradient avec état d’équilibre, il existe plusieurs variantes, en fonction du type d’écho enregistré (ce qui détermine le contraste) et de la gestion des gradients.

 

Echo de gradient avec état d’équilibre

Type de séquence Philips Siemens GE Hitachi Toshiba
EG avec état d’équilibre FFE FISP MPGR, GRE TRSG FE

 

 

Echo de gradient à l'état d'équilibre

 

Le lecteur Adobe Flash et Javascript sont nécessaires pour afficher les modules d'e-Anatomy

Dans les séquences d’écho de gradient avec état d’équilibre "standard" :

  • l’aimantation transversale résiduelle est conservée
  • le codage de phase est annulé à la fin de chaque répétition
  • seul l’écho correspondant au signal de précession libre (FID) est enregistré

L’annulation du codage de phase par un gradient rephaseur (rewinder) est obligatoire afin d’éviter que le signal de la répétition suivante soit perturbé par un codage de phase différent. Les échos de Hahn et les échos stimulés ne sont pas enregistrés (grâce à un allongement du gradient de lecture). Ces ajustements de gradients en fin de répétition sont nécessaires pour éviter les artéfacts en bande.
Pour des TR courts (inférieurs au T2) et des angles de bascule relativement grands (40° – 90°), le contraste de ce type de séquence varie en fonction du rapport T2/T1.

 

Echo de Hahn

Deux impulsions RF avec un même angle d’excitation donnent naissance à un écho de Hahn (écho de spin partiel), dont l’amplitude dépend du T2. Avec deux impulsions de 90°, on obtient :

  1. Bascule de l’aimantation suite à la première impulsion d’excitation RF de 90°
  2. Déphasage de l’aimantation transversale
  3. Bascule de l’aimantation suite à la deuxième impulsion d’excitation RF de 90°
  4. Seule la composante transversale restante est prise en compte pour l’écho de Hahn
  5. Un rephasage partiel s’effectue dans le plan transversal

 

Le lecteur Adobe Flash et Javascript sont nécessaires pour afficher les modules d'e-Anatomy

 

Vue en perspective

 

Le lecteur Adobe Flash et Javascript sont nécessaires pour afficher les modules d'e-Anatomy

 

Aimantation transversale (Vue supérieure)

 

 

Echo stimulé

Au moins trois impulsions RF avec un même angle d’excitation donnent naissance à un écho stimulé dont l’amplitude dépend à la fois du T1 et du T2. Avec trois impulsions de 90°, on obtient :

  1. Bascule de l’aimantation suite à la première impulsion d’excitation RF de 90°
  2. Déphasage de l’aimantation transversale
  3. Bascule de l’aimantation suite à la deuxième impulsion d’excitation RF de 90°
  4. Seule la composante longitudinale restante est prise en compte pour l’écho stimulé
  5. Bascule de l’aimantation longitudinale suite à la troisième impulsion d’excitation RF de 90°
  6. Elle se retrouve dans le plan transversal
  7. Un rephasage partiel s’effectue dans ce plan

Le maximum de rephasage correspond au pic de l’écho stimulé

 

Le lecteur Adobe Flash et Javascript sont nécessaires pour afficher les modules d'e-Anatomy

Vue en perspective

 

Le lecteur Adobe Flash et Javascript sont nécessaires pour afficher les modules d'e-Anatomy

Aimantation transversale (Vue supérieure)