On peut comparer un vecteur d’aimantation à un dipôle c'est-à-dire à un petit aimant. Un aimant qui tourne de manière perpendiculaire à une bobine crée un champ électrique mesurable que l’on peut représenter sous la forme d’une courbe sinusoïdale.
 Les antennes en IRM remplissent le rôle de bobine. Elles peuvent être émettrices et/ou réceptrices. Elles ne peuvent recueillir que les variations du vecteur d’aimantation transversale. En effet, elles ne peuvent enregistrer que des moments magnétiques en mouvement, or l’antenne est placée de manière parallèle à B0.

Le lecteur Adobe Flash et Javascript sont nécessaires pour afficher les modules d'e-Anatomy