Le silicone apparaît en hypersignal T2 ce qui peut être gênant pour le différencier de lésions également en hypersignal T2 (kystes) en imagerie sénologique. Pour l’exploration des prothèses mammaires, des séquences dédiées à l’imagerie du silicone sont employées. Elles comportent une suppression du signal de la graisse par inversion récupération de type STIR, et une suppression du signal de l’eau par impulsion de saturation sélective centrée sur son pic de fréquence de résonance.