Dans toutes les séquences d’imagerie classique et d’angiographie, hormis l’ARM en contraste de phase, la phase des spins est sensée correspondre à une information spatiale uniquement (déterminée par le codage de phase).
Un gradient bipolaire dont les deux lobes positifs et négatifs sont de même importance n’a pas d’effet sur la phase des spins stationnaires. Par contre, si un spin est en mouvement dans l’axe du gradient, il ne va pas subir le même effet de gradient en fonction de sa position . Par conséquent, les spins mobiles seront mal positionnés et on observera un artéfact de déplacement des structures vasculaires et des fluides en mouvement.
Pour corriger cet artéfact, on rajoute un troisième lobe aux gradients de sélection de coupe et de lecture. Le rapport des surfaces des lobes de gradient est de type 1 : -2 : 1, ce qui n’induit pas de déphasage des spins stationnaires et évite le déphasage des flux à vitesse constante.
Pour compenser le déphasage des flux à vitesse variable (accélération non nulle), il faudrait encore ajouter des lobes de gradients, ce qui aurait pour conséquences d’allonger le TE et donc de diminuer le signal.
Les gradients de compensation de flux peuvent être employés avec toute séquence nécessitant une suppression de ces artéfacts, sauf en ARM par contraste de phase.

Le lecteur Adobe Flash et Javascript sont nécessaires pour afficher les modules d'e-Anatomy